#62 – Apprendre à lire et décrypter les étiquettes sur les produits alimentaires

Quelle est la première chose que vous regardez par réflexe sur l’emballage d’un produit ? Sa date limite de consommation ? Son nombre de calories ?

Avez-vous déjà essayé de comprendre les autres informations présentes sur l’emballage ? N’ont-t-ils pas tout autant d’importance ? 

Apprendre à lire et comprendre les étiquettes des produits que vous achetez dans le commerce va vous aider à manger mieux, plus sainement et de manière plus équilibrée, ou du moins, en toute connaissance de cause. C’est être acteur de sa santé que de savoir choisir en pleine conscience. 

Pour info, en France, l’étiquetage des produits est réglementé par des normes européennes datant de 2011, et doivent comporter :

Les valeurs nutritionnelles

En premier lieu, on va penser valeurs énergétiques, donc calories. C’est ce qui attire l’oeil en priorité mais ce n’est finalement pas le plus important. 

Il sera plus intéressant de prendre en compte les macronutriments : protéines, lipides (gras) et glucides (sucres) qui composent ces calories. 

Je vous invite à regarder :

  • dans la catégorie glucides, le « dont sucre » vous indiquera le sucre, bien souvent ajouté au produit par les industriels pour le rendre « meilleur ». Sachant qu’un aliment bon pour la santé ne doit pas excéder 5g de sucre pour 100g.
  • dans la catégorie lipides (matières grasses) la mention « dont acides gras saturés » vous indiquera également la teneur en « mauvais » gras.
  • le pourcentage de protéines

Exemple :

Les ingrédients

Sachez une première chose, et pas des moindres : plus la liste est longue, moins c’est bon signe. C’est que le produit a subis de nombreuses transformations pour en arriver là et plus il est transformé, plus il perd en qualité nutritionnelle.

L’ordre des ingrédients a également son importance puisqu’ils sont cités dans l’ordre de l’ingrédient le plus présent, au moins présent. Ce point en dit long sur la qualité d’un produit. Souvent le premier ingrédient saura vous indiquer si vous êtes dans la bonne direction. Prenons l’exemple du Nutella (cf. #36 – Journée mondiale du Nutella), l’ingrédient cité en premier est le sucre, puisqu’il compose le produit à plus de 50%, alors qu’en toute logique le chocolat et les noisettes devraient être majoritaires. 

Dans la liste, vous butez sur des noms imprononçables ? Ça aussi, c’est plutôt mauvais signe. Vous mangeriez un aliment, un ingrédient, dont vous ne connaissez rien ? Vous ne savez donc pas de quoi il s’agit… Cela revient à manger à l’aveugle. 

Quant au sel, mentionné pour la plupart du temps sous « sodium », sachez que la part quotidienne recommandée pour l’homme est de 2,3g par jour. 

Attention également aux additifs et autres arômes. Certains sont responsables d’irritations et d’allergies alimentaires importantes, je vous conseille donc fortement de les éviter. 

Ils sont caractérisés par les codes suivants  :

  • La lettre « E » suivie du « 1 », indique un colorant.
  • La lettre « E » suivie du « 2 », indique un conservateur.
  • La lettre « E » suivie du « 3 », indique un antioxydant.
  • La lettre »E » suivie du « 4 », indique un épaississant ou un stabilisant.
  • La lettre « E » suivie du « 5 », indique un correcteur/régulateur ou un anti-agglomérant.
  • La lettre « E » suivie du « 6 », indique un exhausteur de goût.
  • La lettre « E » suivie du « 9 », indique une cire, un gaz de propulsion ou un édulcorant.

Pour en savoir plus et surtout avoir le détail des mentions présentes sur les emballages, même celles qui ne sont pas obligatoires, vous pouvez télécharger la brochure « Comprendre l’étiquetage alimentaire » de CLCV.org et Fonds français alimentation et santé. 

« Nutri score »

Depuis fin 2018, la France met en place le « Nutri score » une notation du même type que pour les appareils électroménagers en terme de consommation, qui permet une lecture simple et immédiate de la qualité nutritionnelle d’un produit. Les notes vont de A à E associé à une couleur allant du vert au rouge. 

Les notes sont basées sur des principes de nutrition utilisés également par des applications qui vous permettent de scanner votre produit et d’en avoir un aperçu nutritionnel instantané. Je vous en parlais et vous expliquais la notation dans mon article sur Yuka en juillet 2018.

Pour en savoir plus sur « Nutri score », je vous invite à télécharger la brochure de MangerBouger.fr. 

Le seul bémol ici, c’est que vous risquez de vous contenter de voir la note sans savoir pourquoi telle ou telle note a été attribuée. Est-ce parce que c’est trop riche en acides gras saturés ? Est-ce que parce que c’est trop salé ou encore trop sucré ? « Trop » ne voudra pas dire la même chose d’un individu à un autre, d’un équilibre alimentaire à un autre, etc. 

C’est dommage dans la mesure où une vraie éducation alimentaire vaut milles systèmes de notation.

6 Commentaires sur “#62 – Apprendre à lire et décrypter les étiquettes sur les produits alimentaires”

  1. J’utilise une application cela m’aide bien , bon les courses durent plus longtemp . Lol mais c’est pour mon bien.

  2. Depuis que mon fils de 11 mois est allergique (PLV et œuf) on lit les étiquettes des produits industriels. Parfois un vrai casse tête. Notre alimentation est en train de changer pour s adapter à lui. Un mal pour un bien au final car nous mangeons mieux.
    Merci pour cet éphéméride. Au top. Des bonnes ondes au quotidien et parfois une remise en question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.