#8 – « Est ce que j’ai faim ? »

Lorsque j’étais enfant ou plutôt pré ado, j’avais tendance à vouloir manger autant que les adultes. Je voyais ça comme une compétition, un défi pour montrer que j’étais, moi aussi, « une grande ». De nature gourmande, j’avais peu de difficultés à me goinfrer, oui c’était le mot… 

Ce qui m’a conduit, au milieu de l’adolescence, à prendre du poids et à remettre en question mon rapport à la nourriture et ma manière de manger dans sa globalité. 

J’ai rencontré un médecin spécialisé qui m’a posé cette question : « Est-ce que tu sais quand tu as faim ? »

Ado rebelle, je me suis dis « Mais pour qui il me prend celui là ? »

Mais passé ce moment de réflexe puéril, il avait raison…j’en avais aucune idée. Je ne l’ai pas admis immédiatement évidemment. 

Au moment des repas et des horaires imposés par mes parents, je mangeais sans faim, sans réfléchir à vrai dire. Mais la question du médecin revenait de plus en plus souvent en fin de repas quand je ne pouvais plus bouger de ma chaise tellement j’avais mangé. « Est-ce que j’avais mangé à ma faim ? »

La question s’est ensuite posée pendant le repas « Est-ce que j’ai encore faim pour un dessert ? »

Puis un jour, avant le repas « EST-CE QUE J’AI FAIM ? » 

Enfin, j’y étais. 

Cette question banale prenait tout son sens.

J’ai alors commencé un long cheminement pour MANGER EN PLEINE CONSCIENCE. Il n’était pas question de se faire des noeuds au cerveau mais de réussir à comprendre ma faim, la dissocier de mes envies, d’éventuelles pulsions émotionnelles ou hormonales, sans pour autant les rejeter. Il s’agissait juste de les comprendre. Manger en pleine conscience c’est avant tout apprendre à s’écouter par rapport à l’alimentation, retrouver un certain instinct sans être parasité par toutes les théories les plus folles pour perdre du poids par exemple. On ne juge plus ce que l’on mange, on prend plaisir à nourrir notre corps, car oui, se nourrir c’est vital, c’est notre carburant. 

Manger est une question de santé, on a tendance à l’oublier.

 

« Percevoir l’acte de manger à travers tous nos sens. Pour en retrouver le plaisir et éviter les automatismes qui nous mènent à la malbouffe ou au surpoids, il suffit de porter notre attention dénuée de tout jugement sur le moment présent, en l’occurrence l’acte de manger. »
Jan Chozen Bays, auteur du livre « Manger en pleine conscience »

 

Vous aimerez aussi

22 Commentaires sur “#8 – « Est ce que j’ai faim ? »”

  1. J’adore cet article !
    J’avoue parfois me forcer à manger un peu car il ne faut pas sauter de repas ou pour que mon fils ne soit pas seul à manger. Je culpabilise après en me disant que je n’aurais pas dû…
    Je vais m’écouter davantage ! Merci Manue !

  2. Pour ma part, mes parents m’ont toujours forcée à finir mes assiettes, que j’aie faim ou pas. Du coup j’ai souvent tendance à finir même si j’ai plus faim sans vraiment m’écouter. Puis comme je ne peux pas finir sans un dessert… Bah je me goinfre beaucoup trop 🙁
    Et parfois, la faim émotionnelle prend le dessus, les crises d’hyperphagie, les compulsions alimentaires ! Bref, un enfer mais je me soigne haha
    Bisous Manue merci pour ces articles que j’adore 🙂

    1. Hihihiii
      L’étape la plus importante est de s’en rendre compte, je pense que tu es sur le bon chemin 😉
      Avec grand plaisir 🙂

  3. Ta pensée du jour tombe à pic ! Ça fait qqls jours que je me pose des questions sur ma faim. Je mange mes émotions en ce moment d’où le fait que je n’arrive pas à perdre les kgs de grossesse et comme je n’ai tjs pas l’accord pr le sport, je n’ai que l’alimentation pr perdre. Avant de manger je me poserai la question.
    Merci pr ce post inspirant !

    1. Avec plaisir 😉
      Se poser des questions c’est important pour pouvoir se remettre en question. Ne te mets pas trop la pression, laisse tes émotions s’exprimer pour pouvoir avancer 🙂

  4. Merci pour cette article du jour. Personnellement je m’écoute de plus en plus lorsque je sens que je n’ai plus faim. Mais c’est difficile avec l’éducation que j’ai eu. Ma mère me forçait à toujours terminer mon assiette pour pouvoir sortir de table. Sans parler de cette impression de ne pas avoir finir le repas sans dessert… Mais je me suis re’due compte que l’habitude de la note sucrée en fin de repas est plus tenace que le fait de ne pas finir, alors je préfère maintenant ne pas finir et mettre au frigo pour plus tard et avoir un dessert. Mon plus gros soucis ce trouve d’ailleurs ailleurs. La question à laquelle je n’arrive toujours pas à trouver réponse c’est « est ce que j’ai faim, ou est ce que j’ai soif ? » mais j’y travaille xD

    1. L’éducation alimentaire que l’on reçoit joue forcément un rôle tout au long de notre vie. Il faut l’accepter pour pouvoir la modifier et l’adapter à la personne que l’on devient une fois adulte 😉

  5. Le rapport avec la nourriture est compliqué. Surtout de nos jours avec tous cette restauration rapide , on prend pas le temp de vivre . Donc ça joue sur notre façon de manger , je pense.

    1. Oui c’est évident que la société de consommation dans laquelle nous évoluons influence notre rapport à l’alimentation. Tout, tout de suite et rapide, on ne prend pas toujours le temps de se poser la question « est ce que j’ai faim? » qu’on a déjà une fourchette dans la bouche. C’est le côté négatif d’une société d’abondance.

  6. Jolie article qui est très vrai au final
    En me posant cette question je pourrais déjà arrêter de grossir mais quel astuce avoir pour éviter de trop manger ou simplement se poser la question avant chaque bouchée suffit?

    1. Merci 🙂
      Pose toi la question au fur et à mesure de ton repas, pas nécessairement à chaque bouchée, sinon tu risques de ne prendre aucun plaisir en mangeant, et ce n’est surtout pas le but.

  7. Je mange souvent sans faim car j’ai « peur » d’avoir faim après..
    et le soir ou j’aurais tendance à ne pas manger ou très peu, j’ai un chéri qui a besoin de manger lui donc je mange, beaucoup la plupart du temps… au lieu de vraiment m’écouter car je culpabilise de le laissé manger seule, alors qu’il me dit que ça ne le dérange pas…
    Bref un conflit avec moi même enfait…

    1. Comme tu le dis si bien, tu sembles être en conflit avec toi même, mais surtout avec ton environnement. Pense à toi, tes besoins, sans t’obliger à t’adapter systèmatiquement aux autres, c’est très important lorsqu’il s’agit d’alimentation, puisque c’est propre à chacun.

  8. Merci! Je mets cet article dans mes favoris. Je vais le lire et le relire pour essayer de l’intégrer au mieux.
    Oui je commence à peine ton éphéméride mais mieux vaut tard que jamais 🙂

  9. Très belle article, j’ai tendance à avoir souvent mal au ventre après manger au repas du midi et soir. J’ai du mal à me dire est-ce que j’ai encore faim ou pas. Pareille les après-midi je grignotte trop pas forcément parce que j’ai faim mais par ennuie. Je vais essayer de m’écouter un peu plus. Merci pour ces beaux articles je commence seulement à les lires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.